Partagez | .
 

 Ozryël Tannèn - il y a pire que la tentation, c'est de ne pouvoir y céder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Ozryël Tannèn - il y a pire que la tentation, c'est de ne pouvoir y céder   Sam 8 Mar 2014 - 20:27


avatar

₪ Date d'arrivée : 02/03/2014
₪ Crédits : Flimartza & Silver Lungs
₪ Nombre de message : 477

₪ Sentiments : Stressée
Age : 28

Gaëlienne - Inconnue
Gaëlienne - Inconnue

Voir le profil de l'utilisateur
http://gaelia.forums-rpg.com/t129-ozryel-tannen-quid-est-mea-meu




Ozryël M. Tannèn


+ 29 ans + née à Illyria + gaëlienne+ feat Eva Green+





Capacités

-Psykobiokynésie de l'attachement: capacité d'engendrer un sentiment d'attachement spirituel pour soit même à autrui .
-Psykobiokynésie de l'attachement: capacité d'engendrer un sentiment d'attachement sexuel pour soit même à autrui
-pouvoir ou amélioration 3: description du pouvoir

Caractère

*Perfectionniste *Confiante*  Intelligente *Charismatique * Honnête * Apathique *  N'aime pas le contact* Directe* Rancunière * Joueuse * Sulfureuse *

C'est l'histoire de la vie!
Aussi pourri qu'un Tannèn. C'est ce qu'il se dit sur notre famille depuis des générations. Il paraîtrait que rien n'égale notre envie de nous baigner dans le stupre et la luxure. Nous n'en avons pas honte, nous somme l'opium du peuple, le divertissement essentiel à leur vie, la lueur qui éclaire leur nuit. Nous sommes ceux qui leur offrent l'aventure sécurisée, celle qui vous permet d'avoir peur pour votre vie alors que vous n'êtes pas sortit de chez vous. Nous vous désinhibons, nous vous donnons accès à vos fantasmes. Nous sommes essentiel, nous régulons la violence en contentant vos plus bas instincts. A mes yeux, nous sommes parfait.  

Rien est plus facile de se répéter cet adage pour se donner bonne conscience. Il y a des jours où c'est plus compliqué d'y croire. N'y voyez rien de choquant, une femme peut parfois penser que c'est mal d'afficher un sourire factice pour plaire au plus grand nombre. Car oui, c'est ce que je suis. Une vitrine d'exposition, la poupée qui fait bien dans le salon. Je suis le tableau dans l'entrée, celui qui démontre que vous n'êtespas dans n'importe quelle demeure. Je suis tout ça pour le commun des mortels. Ozryël Tannèn, la plante verte du conseil. Du moins c'est ce que j'imagine qu'ils penseraient de moi s'ils avaient un libre arbitre.

Ma mère avait pourtant tenté de m'enlever ce fardeaux, celui qui fait qu'aujourd'hui je doute de tout. Non je ne parle pas de mon don, mais bel et bien de cette voix que j'ai dans la tête qui me susurre que tout est faux. Comment pouvais-je croire qu'elle m'aimait quand j'étais capable de la forcer à être en admiration devant moi.

Mais vous n'êtes sans doutes pas là pour lire les élucubrations d'une folle. Voici mon histoire:

Je suis née une matinée de moisson. Ma mère, Redhaë, était déjà notre matriarche. Son mari n'était qu'un faire-valoir, un arriviste de première qui ne voyait qu'en ce mariage un moyen de s'élever socialement. Il n'a jamais eu le droit de porter le nom des Tannèn, normal quand on connait les traditions de notre famille. Seuls ceux qui possèdent nos dons peuvent avoir le droit porter ce nom. Peut importe que l'enfant soit un mâle ou une femelle. J'avais beaucoup d'admiration pour ma mère étant jeune. Elle m'a très vite fait comprendre qu'il était inutile que je m'attache à elle. Non je ne vous raconterai rien de plus sur ma naissance car tout le monde s'en fou.

Je suis une Tannèn, je n'ai pas grandit dans la misère, mes parents m'ont aimé et, comme tout le monde le sait, tout le monde à le droit à la même éducation à Illyria. Je suis une privilégiée sur certains points, c'est vrai, mais ma famille m'a élevé de façon à ce que je ne crois jamais être supérieure aux autres. Si être humble est précieux chez nous, le paraître est une obligation. Pour certains nous n'avons pas de moral, ma mère en avait conscience, c'est pour cela qu'elle ne cessait de me dire que pour nous, le seul moyen de pouvoir rester sur nôtre piédestal, c'était de faire comprendre au peuple que nous le comprenions, que nous étions des leurs.

J'ai grandit vite. A trois ans j'étais déjà capable de me faire des amis plus que de raison. Le don que j'avais était alors une bénédiction pour moi. Tout le monde m'aimait sans que je n'avais à faire quoi que ce soit pour justifier cet affection. J'adorai ça à l'époque. C'est seulement à l'âge de 11 ans que j'ai compris que mon monde édulcoré n'était qu'une malédiction de plus qui pesait sur moi. J'ai surpris à l'époque une conversation que je n'aurais jamais du entendre entre deux de mes "amies". Disons qu'elles n'ont pas été tendres. Elles ne pensaient pas de moi que du bien, et l'hypocrisie n'était pas mise  en cause dans ce cas. J'ai été prévenue alors que je ne pouvais pas m'attacher à qui que ce soit, si ce n'est à ceux qui m'aimeraient de façon inconditionnelle, quoi qu'il arrive: ma famille.

J'ai eu du mal à gérer cette réalité. Ne pas être aimé pour ce que l'on est ça a été dur pour moi. J'ai donc cherché à me procurer une gemme qui bloque les dons que la Moïra nous offre. Mes parents n'auraient pas été pour, je l'ai donc récupérée de manière illégale. Le marché noir a toujours été pratique pour ça.

Je l'ai dissimulée et je me suis isolée. Ne plus avoir ce contact avec les gens m'était salvateur. J'ai adoré le regarder de loin, observer leurs façons d'être sans jamais avoir à les toucher de trop près. Je les connaissais sans qu'eux ne me connaisse. C'était rassurant quelque part.

J'ai traversé mon adolescence en mod fantôme. J'ai adoré. Personne ne me connaissait, je n'étais même plus un nom. Arrivée au Ceynn, les choses ont changé. J'ai cherché à plaire à une personne en particulier. Il était séduisant à mes yeux. Je le savais charmeur aussi. Ça n'a pas été trop compliqué pour moi d'abandonner ma gemme pour lui plaire. C'est en partit grâce à lui que j'ai apprit à mieux maîtriser mes dons. Je ne voulais pas qu'il m'apprécie à cause d'eux. J'avais juste besoin qu'il me remarque, et ça a marché, un peu trop bien d'ailleurs.

J'ai compris combien mes capacités étaient puissante. Je mesurais enfin tout l'envergure de mes dons. J'ai commencé à en abuser quand je suis revenue du Ceynn. C'était devenu tellement bon d'exister de nouveau aux yeux des autres. Très vite c'était devenu une nécessité de se faire aimer des autres.

Ma mère est morte alors que j'avais 21 ans. Je ne l'ai pas pleuré, elle aurait détesté ça. Je l'ai honoré avec froideur. J'ai eu le droit de reprendre son poste de conseillère à sa mort, et jusqu'à aujourd'hui je siège au conseil en tant que Tannèn. Je suis désormais leur matriarche et je compte bien le rester très longtemps.

 


Celui ou celle qui est derrière l'écran

#Nom/Pseudo: Rederst#Âge: 24 ans #Numéro de carte bleu avec le script et tout: j'ai une electron, le temps que tu puisse enregistrer un paiement avec ton arrière petit fils sera décédé.#Comment avez-vous connu le forum?C'est une patate comme moi qui l'a crée #Que pensez vous du forum? je l'aime pas il est trop moche #C'est quoi le code?Ok by patate #Des questions?Combien font 2X2 dans le système mathématique gaëlien?




crédit avatar: nemesis tropicalsundae
Revenir en haut Aller en bas
 

Ozryël Tannèn - il y a pire que la tentation, c'est de ne pouvoir y céder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Le pire film pseudo-érotique de tous les temps...
» Kage bushin le pire boulet --'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enregistement voyageurs :: Contrôle d'identité :: Voyageur officiel-