Partagez | .
 

 On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,/ Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence/ Tes flots harmonieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,/ Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence/ Tes flots harmonieux.   Jeu 3 Juil 2014 - 8:50


avatar

₪ Date d'arrivée : 13/06/2014
₪ Crédits : Never Utopia
₪ Nombre de message : 75


Terrienne - Inconnue
Terrienne - Inconnue

Voir le profil de l'utilisateur
http://gaelia.forums-rpg.com/t153-charlotte-larson-definition-de
J’étais partie aux alentours de midi pour arriver à l’heure au lac pour retrouver Alannah. En espérant qu’elle aille bien, cela faisait une semaine que je ne l’avais vu et je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter, probablement ce sentiment protecteur que je m’étais insufflé moi-même lorsqu’on m’a chargé de m’occuper de son insertion dans la société gaëlienne.
En attendant qu’elle arrive, parce que bien évidement j’avais changé d’avis et avais trouvé plus sympathique d’y aller en courant ce qui faisait que j’attendais depuis maintenant une bonne heure, allongée au bord du lac, je regardais la nature m’entourant.

Au loin, une barque avançait lentement, si lentement qu’on aurait pu se demander si elle avait vraiment un but ou si elle se contentait de flotter au gré des minuscules vagues formées par l’eau. Les brins d’herbe étaient plus doux que sur Terre, je l’ai remarqué et c’est ce qui fait que je me suis senti perdue pendant quelques temps sur Gaëlia. Sur Terre, j’adorais m’allonger dans l’herbe pour observer le ciel gris-bleu. Mais sur Gaëlia, même l’herbe était plus avenante, plus verte, plus grasse, elle n’était pas rigide comme sur Terre où le sol avait subit l’hiver nucléaire et dégageait encore des odeurs de pollution par endroit.

Cette planète était pure, c’était le véritable mot qualificatif de cet endroit. Et je l’aimais pour cela.
Mon observation me conduit ensuite vers la forêt d’où s’élevaient des oiseaux, probablement affolés par un animal bien plus gros qu’eux.
C’est donc ainsi que j’attendais, reposant ma tête contre une motte d’herbe me permettant d’être à mon aise, prête à m’endormir.

[HRP] Je fais une petite introduction mais bon... Au début et seul je ne savais pas trop quoi dire de plus :)[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,/ Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence/ Tes flots harmonieux.   Dim 6 Juil 2014 - 11:18


avatar

₪ Date d'arrivée : 16/06/2014
₪ Crédits : a venir
₪ Nombre de message : 68


Terrien - Inconnu
Terrien - Inconnu

Voir le profil de l'utilisateur

⊹  on n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux, que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence tes flots harmonieux.


Il y avait des périodes où j'avais la fâcheuse impression que mon univers s'écroulait. J'étais pourtant toujours de nature optimiste mais ces derniers temps le souvenir d'Henry hantait plus que d'habitude ma mémoire... Régulièrement mon regard venait se perdre sur mon poignet et fixer avec tristesse ce symbole qui me ramenait et me ramènerai éternellement à lui. Si j'étais venue sur Gaëlia c'était avant tout pour le retrouver et au final il n'était pas là. Où était-il?!? Je ne le savais pas, d'ailleurs personne ne le savait et j'avais la fâcheuse impression que tout le monde s'en moquait un peu de le savoir. A chaque fois cette pensée me poussait à les haïr tous... A chaque fois, je sentais la peine me saisir et me pousser dans les bas fonds de mon être... C'est donc dans ces périodes là que j'en venais à me plonger corps et âme dans mon travail. Bien évidement, il en était déjà de même en période normale, mais j'y dévouais encore plus de mon temps, au point d'en oublier le reste. D'en oublier mes amis, d'en oublier d'avoir une vie sociale, d'en oublier de se nourrir. J'étais passionnée, extrême... J'entends encore facilement mon père me le dire... "Tu es PASSION! Tu n'arrives pas à contrôler tes sentiments Alannah... Il va falloir pourtant un jour apprendre à le faire... Car la passion aussi belle soit elle, peut être dévastatrice et te mener directement en Enfer..."

Si Charlotte m'avait donné rendez-vous au Lac, c'est qu'elle savait que m'attirer près de l'eau pour me voir était sûrement la meilleure des solutions. Je n'aimais pas déranger et imposer ma peine aux autres et Charlotte savait qu'il était toujours difficile d'obtenir une confidence de moi, mais jamais elle n'avait abandonné, jamais elle ne m'avait laissé. Elle était si douce, si généreuse et j'avouais avec facilité qu'elle m'avait rendu la vie plus belle sur Gaëlia. Elle me soutenait toujours en ce qui concernait Henry et m'encourageait à ne pas baisser les bras. Elle était devenue, au fur et à mesure des années, l'une de mes plus fidèles amies et sûrement celle que je chérissais le plus sur cette planète...

Avançant à un rythme normal, je m'accordais donc le temps de la rejoindre, en profitant d'observer la Faune et la Flore de ce nouveau monde qui m'environnait. Cinq années que j'étais ici et j'étais loin d'avoir fait le tour du sujet... Gaëlia renfermait des raretés et des beautés à chaque mètres parcourus. Voir tant de beauté me rendait parfois triste, au point de me dire que la Terre avait perdu beaucoup de par la faute des Hommes et j'espérais alors sincèrement que nous ne commettrions pas les mêmes erreurs ici.

Mais très rapidement je pus enfin la voir au loin. Allongée dans l'herbe, elle m'attendait patiemment. Un sourire se dessina alors sur mes lèvres et j’accélérai alors ma cadence pour la rejoindre. Même si ces derniers temps j'avais à tout prix cherché à être seule, j'avouais aisément que la revoir me faisait plaisir... "Pauvres graminées!! Nous passons notre temps à les écraser!" Laissa-t-elle échapper lorsqu'elle arriva à son hauteur tout en se laissant tomber à ses côtés et tout en se mettant à observer le ciel... Loin d'être comme celui de la Terre, le ciel de Gaëlia offrait un spectacle incroyable... Les couleurs y étaient si belles, si vives...
Revenir en haut Aller en bas
 

On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,/ Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence/ Tes flots harmonieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Loin des rires... [PV Kilip Jino]
» A l’heure où les nymphes trempent leurs pieds dans l’onde.
» Plus loin que dans mes Rêves [PV Nuage d'Or]
» Loin des yeux, près du coeur [Aurore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: vallon de Nargäth :: Le lac-